Extrait du La responsabilité sociale au sein de l’ESG

Section 2 – Chapitre 1: La responsabilité sociale des entreprises

La responsabilité sociale des entreprises (RSE) est définie comme un « engagement social continu qui consiste à se comporter de manière éthique pour contribuer au développement économique tout en améliorant la qualité de vie des travailleurs, de leurs familles et de la communauté locale, ainsi que de la société en général »1.

La RSE est pratiquée depuis des années, mais un événement tragique survenu en avril 2013 l’a propulsée au premier plan. L’usine de confection Rana Plaza à Dhaka, au Bangladesh, s’est effondrée en tuant plus de 1,100 travailleurs et laissant des centaines de personnes blessées et traumatisées. Elle se distingue des autres tragédies parce que de nombreuses entreprises internationales connues étaient clientes du Rana Plaza en raison de ses faibles coûts de maind’œuvre. Les changements de pratiques de travail provoqués par cet évènement ont eu des répercussions bénéfiques pour un grand nombre de travailleurs à travers le monde.

En tant qu’auditrice ISO 9001 & RSE, j’ai eu l’occasion de visiter un grand nombre d’entreprises où les employé(e)s semblaient satisfait(e)s de leurs conditions de travail, sous la supervision d’une équipe de direction respectueuse. Dans d’autres contextes, les travailleurs étaient peu motivés car leurs gestionnaires manifestaient peu ou pas de respect envers leur main d’oeuvre. Un large éventail de sociétés se situe entre ces deux extrêmes, illustrant l’importance du « S » au sein de l’ESG, quand les indicateurs sociaux deviennent indispensables à l’évaluation corporative.

L’importance grandissante de la RSE

Pendant des années, la main-d’œuvre était considérée comme un acquis et peu d’entreprises reconnaissaient et récompensaient la qualité de travail de leur personnel. Cependant, la
masse salariale a maintenant son mot à dire dans certains pays : en Europe occidentale par exemple, leur opinion est un élément crucial de l’audit social, ce qui témoigne de l’importance de mettre en place une approche sociale équitable et responsable. Ceci n’est malheureusement pas le cas de tous les pays, dont certains n’hésitent pas à utiliser des
méthodes répressives envers leurs travailleurs. Un autre catalyseur RSE est l’importance croissante des valeurs éthiques au sein de l’entreprise. Cette tendance augmente le besoin de recourir à l’audit en responsabilité sociale.

Les certifications RSE sont désormais nécessaires aux petites, moyennes et grandes entreprises pour ouvrir de nouveaux marchés potentiels. Cette pratique s’étend en général aux principaux fournisseurs : cependant, elle a tendance à augmenter sa main mise en exigeant de plus en plus un audit social des principaux fournisseurs de leurs fournisseurs

L’éthique au sein de la RSE

Certaines organisations ont commencé à inclure un code éthique au sein de leur code intérieur. Avant 2013, peu d’entre elles appliquaient les mesures réglementaires protégeant leur masse salariale parce que peu d’attention était accordée à la sécurité et la santé au travail, dans une majorité des secteurs. L’effondrement du Rana Plaza a dévoilé au monde entier des conditions de travail inhumaines, ce qui a eu un effet immédiat sur l’éthique professionnelle. 

En 2013, les Nations unies ont publié dix principes relatifs aux droits de l’homme, afin de prévenir les abus et la maltraitance sur le lieu de travail. Peu après, l’Organisation internationale du travail a émis quatre principes fondamentaux concernant l’emploi. Finalement, alors que la conscience éthique s’étend à l’échelle mondiale, les grandes entreprises commencent à respecter les droits de leurs employé(e)s conformément aux réglementations internationales. Les entreprises ont également commencé à contrôler leurs fournisseurs afin de vérifier le respect éthique au sein de la chaîne d’approvisionnement. 

L’audit en responsabilité sociale est devenu un moyen efficace d’évaluer les conditions de travail et les pratiques éthiques dans le monde industriel et commercial. Au cours de mon mandat d’auditrice RSE, j’ai rencontré des entreprises au sein desquelles les conditions de travail étaient exemplaires, ou pas, et ces faits sont décrits au travers d’exemple dans mon ouvrage Journal d’une auditrice sociale2. Chaque évaluation m’a offert une approche différente des conditions de travail à l’interne ; Certaines entreprises ont accueilli favorablement ce changement, tandis que d’autres s’y sont opposées. Les entreprises conformes aux exigences de l’audit offrent généralement des conditions de travail plus saines et plus sûres à leurs employés parce qu’elles acceptent de se remettre en cause.

Comment mesurer la RSE ?

La RSE est un vaste territoire : les différentes étapes de l’audit offrent la possibilité de créer des indicateurs qui sont mesurés et améliorés au fil du temps. Les données qualitatives du contexte social sont plus difficiles à évaluer, et de ce fait, il est nécessaire d’établir des valeurs quantitatives qui puissent être prises en compte. La responsabilité sociale au sein de l’ESG propose des indicateurs sociaux à chaque étape de l’audit RSE, afin d’être en mesure d’analyser la place du « S » au sein de l’ESG.

1 Definition RSE: www.wbcsd.org.
2 https://imago-int.eu/fr/editorial-fra